[Chiffres notaires de France] Record historique de transactions au 1er semestre 2017

Selon les derniers chiffres  rapportés par les Notaires de France cet été, nous avons vécu en France un record historique de transactions immobilières lors du premier semestre 2017, ce qui tenterait à pousser vers une augmentation des prix. Focus sur le secteur de l’immobilier et sur les risques ou non dans le marché actuel.

Zoom sur le record historique de ces derniers mois dans e secteur de l’’immobilier

Des achats dans l’ancien en forte hausse depuis 2016

Selon les Notaires de France (pour trouver un notaire c’est par ici), 907 000 transactions sur le marché du logement ancien, ont été enregistrées entre mai 2016 et mai 2017. En 2016, sur la même période 824 000 transactions d’achat immobilier avaient été comptabilisées auprès des notaires. Une hausse incontestable qui marque l’attrait des Français pour l’immobilier, toujours considéré comme une valeur refuge et comme un placement intéressant parmi ceux proposés.

68% des Français estiment effectivement qu’un placement dans l’immobilier locatif reste un placement intéressant, ce qui représente une hausse de 3 points par rapport aux chiffres de 2016.

Pourquoi un tel intérêt pour l’immobilier ?

Les conditions de prêt avec des taux d’intérêts très intéressants ces derniers mois, ont eu leur rôle dans ce record historique. Mais ce n’est pas la seule raison. Les baisses de rendement des autres produits d’épargne proposés expliquent également ce regain d’intérêt pour l’investissement immobilier, au vu des ventes immobilières enregistrées auprès des notaires. Pour preuve, l’achat immobilier (59%) devance toujours les placements dans les assurances -vie. Même si l’assurance-vie reste un des placements préférés des Français, elle doit néanmoins faire face à un léger recul de 3 points (conséquence de son moins bon rendement et de la polémique autour de la loi Sapin II).

Est-ce que le marché de l’immobilier en France est encore sain ?

Selon les spécialistes du secteur, le marché de l’immobilier en France reste encore sain à l’heure actuelle et cela pour plusieurs raisons :

– un nombre de primo-accédants faible par rapport au nombre d’acheteurs déjà propriétaires, d’où un niveau d’endettement maîtrisé.

– un système d’assurance qui permet aux banques françaises d’être protégées en cas de mauvais paiement.

– une spéculation limitée qui permet d’éviter l’effet bulle (même s’il faut toujours garder à l’esprit qu’une hausse rapide des taux d’intérêt peut provoquer une baisse des prix de l’immobilier, comme cela a été le cas dans les années 90. Mais ce risque ne semble pas d’actualité à court terme).

En dehors de certaines zones géographiques (comme Paris ou bien encore la Côte d’Azur), certains facteurs (notamment le vieillissement de la population) devraient permettre une stabilisation des prix du marché.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *