Le prêt relais : comment ça marche ?

Lorsqu’un particulier désire vendre son logement pour en acheter un autre, il est parfois difficile de faire coincider la date de vente avec la date d’achat afin de payer comptant. Pour pouvoir financer son nouvel appartement sans avoir encore vendu l’ancien, il existe le prêt relais. Ce prêt assure le lien entre vente et achat et permet de prendre son temps.

source : www.photo-libre.fr

Le fonctionnement du prêt relais

Il existe deux types de prêts relais :

  • Prêt relais sec : proposé par les banques quand le prix de vente de votre logement est supérieur au prix d’achat du nouveau. Cependant, ces prêts sont rares car la banque gagne peu.
  • Prêt relais associé à un autre prêt : Pour les cas inverses au prêt relais sec (prix achat supérieur au prix de vente). On rembourse généralement dès le premier mois les intérêts du prêt relais.

Le montant du prêt relais varie entre 50 et 80% du prix de vente du bien sur une durée comprise entre 2 ou 3 ans. Ce sont des estimations, les offres dépendent des banques.

L’investisseur dispose ainsi de plus de temps pour trouver un nouveau logement et peut rembourser son prêt avec l’argent de la vente. L’emprunteur ne paie ainsi que les intérêts à sa banque.

Les risques du prêt relais

Dans un contexte où le marché de l’immobilier stagne, il peut être risqué de recourir à un crédit relais car les délais de vente s’allongent et les prix baissent.
Lorsqu’un emprunteur contracte un prêt relais, il s’engage à vendre son bien à un prix fixé avec la banque. Il est donc essentiel que le logement soit vendu au bon prix et dans les délais accordés. Plus on attend pour vendre et plus les intérêts augmentent.

Il semble donc primordial de se tenir au courant des évolutions du marché de l’immobilier avant de souscrire à un prêt relais.