Sécheresse : les sinistres fissures dans les maisons

Sécheresse fissures maisons, fissure bâtiment, zone à risque maison fissurée

La sécheresse est une rude épreuve pour les agriculteurs. Mais il ne faut pas oublier les autres victimes des fortes chaleurs actuelles : les propriétaires de maisons, villas et pavillons. La sécheresse peut provoquer des fissures sur les façades, voire des effondrements des constructions. Explication du phénomène par LAMY SA Expertise, cabinet d’expertise bâtiment, spécialisé dans les fissures et tout récemment interrogé au JT de France 2 à ce sujet.

Comment expliquer l’apparition de fissures en période de sécheresse ?

Le mécanisme est simple. Lorsque les maisons sont construites sur des sols argileux et lorsque leurs fondations ne sont pas ancrées suffisamment en profondeur, la résistance mécanique de la structure de l’enveloppe ne suffit pas à contenir la déformation de l’assise de la construction, tant la masse est importante, par rapport à la résistance mécanique « normale » d’une construction ordinaire. Si les couches superficielles du sous-sol se rétractent sous l’effet de la chaleur, l’assise de la construction devient instable, la structure se déforme, se disloque et se rompt et tout cela se traduit par des fissures.

Fissures : quelles sont les zones à risques ?

Les maisons construites sur sols argileux ont plus de risque de se fissurer. Le sol argileux réagit plus facilement aux variations hygrométriques : le sol se rétracte sous l’effet des fortes chaleurs et gonfle à cause des pénétrations de flux souterrains. Ainsi, les zones à risque sont-elles les régions
argileuses. Par exemple : le bassin parisien et aquitain.

Y a t-il des moyens pour éviter le phénomène de fissuration ?

Oui bien sûr ! La première chose à faire est de réaliser une étude de sol avant de construire. Beaucoup de propriétaires font l’impasse sur cette étude, pourtant essentielle pour comprendre comment sont disposés les couches du sols et surtout savoir où ancrer les fondations de la maison. Et
puis, une fois la construction finie, il faut veiller à ne pas modifier l’hygrométrie du sol. Il est par exemple déconseillé de planter des arbres trop proches de la construction, etc.

Combien coûte la réparation des fissures ?

Il faut être conscient que la réparation des fissures ne se limite pas à leur colmatage. Pour limiter le risque d’apparition ou d’aggravation de fissures liées aux sols argileux, il faut la plupart du temps faire de lourds travaux, avec pour objectif, d’ancrer le bâtiment sur un assise stable (installation de
micropieux par exemple). Comme le coût de ces travaux dépasse parfois la valeur de la maison, il peut être préférable de raser la construction et reconstruire.

Plus d’infos sur www.lamy-expertise.fr